Comment savoir si votre projet tient la route ?

Définir la faisabilité de l’ouverture de votre franchise

Vous envisagez de créer votre entreprise dans le secteur du bâtiment et de la rénovation ? La franchise vous intéresse, mais vous vous demandez comment être certain que vous ne perdez pas votre temps ? Il existe des méthodes qui, pas à pas, vous permettront d'estimer vos chances de succès et de réduire les risques d'échec de votre projet.

Votre feuille de route : le business plan


Établir un business plan solide est une étape vitale pour tout futur chef d'entreprise, qu'il soit débutant ou vétéran, indépendant ou franchisé. Et ce pour deux raisons : premièrement, un business plan permet de convaincre les investisseurs ou les banques qu'on dispose d'un projet viable et potentiellement rentable. Deuxièmement, travailler en amont sur un business plan est un processus qui précise les idées et " simule " en quelque sorte les rouages de l'entreprise. Avant même d'investir quoi que ce soit, vous pourrez ainsi mieux comprendre votre projet.

Un business plan est articulé autour de trois éléments : une description précise, détaillée et étayée de votre projet et une étude de marché. En établissant votre business plan, vous aurez l'occasion de vous pencher sur les questions de l'adéquation de vos compétences et de vos qualités avec les besoins de l'entreprise ; de l'opportunité offerte par le réseau qui vous intéresse ; de la cohérence de votre projet de création d'entreprise ; de vos chances de succès en fonction de l'état du marché actuel et futur ; et enfin des contraintes financières du projet.

Le financement et ses contraintes


Si l'argent est le nerf de la guerre, c'est aussi celui de la création d'une entreprise franchisée. Vous ne pourrez jamais vous lancer dans un projet si vous ne disposez pas des fonds nécessaires. L'ouverture d'une entreprise de bâtiment rénovation représente des dépenses à de nombreux niveaux : l'acquisition ou la location d'un local, son aménagement selon les directives de l'enseigne, l'achat ou la location du matériel et d'éventuels véhicules, le stock, le fonds de roulement, etc. En outre, la signature d'un contrat de franchise vous engage à payer un droit d'entrée à la tête de réseau en échange de son savoir-faire, de son concept et du droit d'usage de sa marque.

Pour obtenir ces sommes, vous devrez très certainement faire appel à un organisme de financement : banque, investisseur privé, business angel, etc. Cependant, celui-ci n'acceptera de vous prêter que si, d'une part, il est convaincu de la viabilité de votre projet et, d'autre part, que vous partagez le risque en apportant une part de l'argent nécessaire. Cet apport personnel est en général égal à 30 % de l'investissement global.

Afin de mieux appuyer votre dossier de financement, vous devrez établir un compte de résultat prévisionnel sur trois ans. Ce document très technique, pour lequel vous aurez certainement besoin d'un expert-comptable, détaille précisément les rentrées et les sorties d'argent selon plusieurs hypothèses. Le plus souvent, on établit un plan optimiste (si tout se passe pour le mieux), un plan pessimiste (si la conjoncture n'est pas favorable à l'entreprise) et un plan médian.

Derniers articles de la rubrique